Contrôle de la mobilité de la cheville

Vous aimez? Partagez moi !

    mobilité de la chevilleDernièrement, en faisant l’article sur un exemple d’entraînement de la mobilité de la cheville, j’ai choisi une photo d’accueil montrant un test de mobilité en flexion dorsale de la cheville.

    Ce test est souvent utilisé soit en test, soit en exercice de récupération de mobilité (à titre personnel je l’ai utilisé des dizaines de fois par jour, il y a quelques années, à la suite d’une opération à la cheville).

    En discutant avec Maître Olivier (Olivier Bolliet bien sûr), on s’est posé la question quant à la distance normale que l’on devrait avoir entre le pied et le mur.

    Après quelques calculs de base, j’ai trouvé le chiffre magique : 1,15.

    Comment ça, Kezako ?

    La méthode de calcul est très simple. Les normes articulaires nous donnent une flexion dorsale de la cheville de 30°. Cela signifie que normalement (sauf anatomie particulière), nous devrions tous être capables d’atteindre une flexion dorsale de la cheville de 30°, plus ou moins (de 20 à 30°; 45° pour les asiatiques).

    Le mur est vertical et le sol est horizontal (angle droit). Nous connaissons donc 2 angles optimaux, une distance (la hauteur de la jambe).

    Et maintenant il n’y a plus qu’à calculer pour chaque haute de jambe (sol-milieu de la rotule) pour en déduire la distance « normale »entre le mur et le talon au sol.

    mesure mobilité cheville

    Le test, comment on le fait ?

    C’est très simple : vous mesurez la hauteur de votre jambe du sol au centre de la patella (rotule). Ce chiffre s’appellera « Jambe ».

    Ensuite, il suffit de se placer sur une jambe, face à un mur et de trouver la distance maximale d’écartement pied-mur (que l’on appellera « Test à trouver » sur la photo. Cette distance permet au genou de toucher le mur et au talon de rester collé au sol.

    ATTENTION : le pied est toujours droit (surtout pas en canard) et le genou ne peut qu’être dans l’alignement du pied (surtout pas vers l’intérieur). On pourra pousser manuellement le genou vers l’extérieur si on est incapable de le faire volontairement par la rotation de la cuisse. Ceci de manière à toucher le mur avec le genou à l’aplomb du pied.

    Et les résultats ?

    Les résultats sont simples à définir !

    La priorité est la symétrie. Il est impératif que vous trouviez la même distance droite-gauche. Si ce n’est pas le cas, le travail de rééquilibrage droite-gauche sera la priorité. En effet, une asymétrie à ce niveau et les compensations au niveau du bassin et donc du dos et de la ceinture scapulaire vont engendrer des postures handicapantes, inflammatoires.

    Ensuite, il faut vérifier la « performance ». C’est là que notre chiffre magique 1,15 intervient. En effet, lorsque la flexion dorsale est maximale, on trouve que la longueur « Jambe » est égale à 1,15 fois la longueur « Test à trouver ». Ensuite à vous de voir s’il y a un travail à faire pour améliorer cette mobilité et si oui, qu’elles en sont les causes restrictives (souplesse du mollet, force des fléchisseurs antérieurs, blocage articulaire…).


    Vous aimez? Partagez moi !

      A propos de Sébastien BÊME

      Préparateur physique depuis +20 ans. De formation Staps, diplômé BPJEPS AGFF, Certifié CrossFit Level 1, Gymnastics et Weightlifting. Formation CrossFit Judge et Scaling Auteur de nombreuses publications et propriétaire des sites internet www.gymsante.eu (et ses déclinaisons), www.fuck-genetics.fr et www.etre-conscient.com

      Tags: , ,

      Comments are closed.

      Categories de Ressources

      Livre – Entraînement Fonctionnel


      Deja paru sur Ressources