Suppléments alimentaires: le Peptopro

Vous aimez? Partagez moi !

    Article sponsorisé par Nutrimuscle.

    Lorsque l’on parle d’apports en protéines pour le sportif, on pense généralement protéine complète (Whey, soja, œuf, etc.) et acides aminés (BCAA notamment). Pourtant il est une source potentiellement très intéressante : le Peptopro.

    Pour bien comprendre l’intérêt de ce supplément alimentaire, observons ce que sont les protéines. Les protéines sont comme un jeu de lego : vous avez 22 acides aminés que l’on ajoute de manière précise (ordre, quantité).

    Lorsque l’on a choisi l’ordre d’agencement, on les assemble en produisant des formes géométriques (3 dimensions) différentes. Une protéine est à la fois le fait d’un ordre spécifique, ainsi que d’une forme particulière. Le changement de l’un ou de l’autre provoque soit une protéine incompétente (inutilisable par l’organisme), soit une protéine différente.

    L’aminogramme, c’est-à-dire le nombre d’acides aminés différents présents dans la protéine, ainsi que les quantités de chacun d’eux, est important car cet équilibre permet des apports équilibrés.

    Comment l’organisme utilise les protéines que nous mangeons au sein de l’organisme?

    La première étape est de casser cette protéine en petits morceaux que l’on appelle des peptiques. Chacun d’eux aura donc un nombre différent d’acides aminés ainsi que des quantités différentes de chacun d’eux. En fonction de la forme géométrique (espace vide entre les acides aminés), cette casse va être plus ou moins longue (augmentation entre le repas et l’utilisation réelle par l’organisme).

    Une fois que la digestion a cassé la molécule ‘protéine’, les peptides vont pouvoir être assimilés et utilisés. C’est-à-dire que l’organisme va soit casser totalement ce peptide pour en récolter les acides aminés, soit les utiliser en l’état, soit les casser de manière partielle pour utiliser des bouts de peptides.

    Ainsi, manger des protéines nécessite un gros travail de l’organisme. Nous pourrions choisir de directement ingérer des acides aminés afin de réduire ce travail (perte de temps et d’énergie). Le problème est que l’organisme aura aussi besoin de ‘recoller’ les acides aminés entre eux pour reformer des peptides utilisables. Cela demande aussi de l’énergie. Un autre inconvénient de ce choix serait aussi les apports en quantités spécifiques de chaque acide aminé (les protéines présentent, en fonction de l’origine, des aminogrammes déjà prédosés, nettement plus simple pour nous).

    Une solution intermédiaire, et potentiellement efficace pour le sport, serait d’ingérer des peptides plutôt que des protéines. Sauf que dans l’alimentation ‘normale’, ils n’existent forcément pas en l’état.

    C’est pourquoi Nutrimuscle propose une solution sous forme de suppléments alimentaires: le Peptopro. Il s’agit de peptides (les molécules de protéines ont été précassées). Ainsi, en prenant du Peptopro nous apportons à l’organisme des protéines ‘prédigérées’ permettant de réduire le temps d’utilisation et surtout l’énergie nécessaire à leurs utilisations.

    Pour donner une image, par rapport à la protéine de petit lait (Whey), le Peptopro est une protéine cassée en 30 morceaux. L’avantage, vous réduisez à la fois le temps de digestion et l’énergie nécessaire à son assimilation. L’énergie réduite, vous avez moins besoin de calories complémentaires dans votre alimentation pour une même quantité Peptopro-Whey.

    Ainsi, durant l’entraînement (ou autour), vous avez un apport protéiné directement utilisable (meilleur anabolisme = meilleure reconstruction musculaire).

    Au titre des plus-values potentielles, nous retrouvons pêle-mêle :

    • Réparation musculaire plus rapide (meilleure récupération)
    • Plus d’énergie disponible pour l’effort (et non la digestion) = meilleures performances (force, endurance)
    • Meilleure utilisation de la créatine

    Nous pourrions donc penser que le remplacement des protéines générales par le Peptopro est une bonne solution. Sur le papier oui. Dans la pratique non. En effet, il est nécessaire de permettre à l’organisme de continuer à produire son action digestive. De plus, des actions étant nécessaires sur les protéines pour arriver à du Peptopro, le coût en est nécessairement plus important.

    C’est pourquoi, contrairement aux protéines en supplément alimentaire qui remplacent une portion de repas, le Peptopro est un apport complémentaire, principalement autour et durant l’entraînement. Son action sera directement une amélioration de l’alimentation et non un remplacement. Il s’agit donc d’un ajout pour la construction et non d’une amélioration du plan diététique pour le sportif.

    Les conseils d’utilisation, proposés par Nutrimuscle, sont :

    • 1/3 juste avant l’entraînement
    • 1/3 durant l’entraînement
    • 1/3 juste après l’entraînement.

    Ainsi, en collaboration avec la créatine, vous obtenez des conditions particulièrement favorables à une amélioration des performances par une simplement amélioration nutritionnelle (pas besoin de produits dopants pour progresser).


    Vous aimez? Partagez moi !

      Comments are closed.

      Les séries

      • Aucune catégorie

      Déjà paru sur Matériel

      Livre – Entraînement Fonctionnel