Portrait d’un entraîneur de gymnastique – Sébastien Guizol

Vous aimez? Partagez moi !

    Peux-tu te présenter en quelques mots ?

    Mon nom est Sébastien Guizol, ancien sportif de haut niveau sur le pôle FRANCE de gymnastique d’Antibes, titulaire d’un B.E.E.S 2nd degré en gymnastique artistique masculine et également d’ un diplôme de préparateur physique. Je suis actuellement entraîneur de gymnastique artistique masculine au sein du club de l’étoile de MONACO.

    Qu’elle est ton actualité professionnelle ?

    Je travaille sur ce club depuis 5 ans avec mon ami Thierry Aymes, ancien champion de gymnastique (Jeux Olympiques d’Atlanta).

    Nous sommes deux à intervenir sur les différents groupes compétitifs du club. Pour ma part, je m’occupe des jeunes gymnastes en formation, catégorie Benjamin à Espoirs et Thierry s’occupe plutôt des juniors et séniors.

    Nous travaillons en inter-relation, c’est à dire que chacun peut intervenir sur le groupe de l’autre pour donner des conseils techniques.

    Je m’occupe également de planifier la préparation physique des juniors et séniors.

    Et concernant ton actualité sportive ?

    Nous sommes en cours de saison sportive et nous allons débuter la saison compétitive avec les gymnastes des catégories Performance. En gymnastique, il existe 2 filières de compétition, une filière dite de performance «nationale B et critérium» et une filière dite « élite » ou de « haut niveau » avec des catégories  »Espoir , Junior et Sénior (nationale A) ». Nous avons 3 gymnastes qui participent à la filière haut niveau. Un gymnaste junior, LORIS RACCA qui s’entraîne sur le pôle France d’Antibes et 2 gymnastes, l’un en espoir LILIAN PIOTTE et l’autre en sénior JULIEN GOBAUX qui s’entraînent sur Monaco. Nous avons également dans le collectif KEVIN CROVETTO qui participe aux compétitions internationales (Championnat d’Europe et Championnat du Monde) en tant que Monégasque.

    En ce qui concerne la catégorie Elite , nous préparons activement la seconde partie de saison avec en ligne de mire le Championnat de France élite qui se déroulera à Nantes début juin. Jusque là d’autres compétitions intermédiaires viendront ponctuer la saison et notamment le Championnat de France par équipe en division nationale ainsi que les championnats d’Europe pour Kévin.

    Et parmis tes projets ?

    Mener à bien la saison sportive qui s’annonce, en gérant au mieux l’aspect technique, physique et médicale des gymnastes.

    Leur permettre de vivre pleinement le sport qu’ils ont choisi et de le concilier au mieux avec leurs études.

    En dehors du schéma traditionnel des compétitions nationales, nous essayons de participer à des tournois internationaux, afin de leur faire découvrir autre chose et de les aguerrir aux compétitions de haut niveau.

    Comment agences- tu la saison , quelles sont les points-clés de celle-ci pour choisir les modifications d’orientation ?

    Pour la catégorie ELITE, la saison se déroule en 2 temps car nous avons 2 rendez-vous nationaux: l’un début décembre et l’autre début juin. Nous planifions ainsi une saison à double périodisation.

    En général, lors du début de saison en période de reprise, l’accent est mis sur le général et nous faisons 3 semaines de foncier. Nous travaillons la capacité aérobie à travers les footings. Cela nous sert de prétexte surtout pour sortir du gymnase et profiter du climat, de « s’oxygéner » au bord de la mer.

    La particularité de la gymnastique masculine est qu’elle comporte 6 agrès avec chacun leurs spécificités propres, c’est pourquoi la préparation physique générale est toujours travaillée en relation avec une préparation spécifique propre à la gymnastique.

    Nous distinguons dans notre préparation physique spécifique plusieurs « PP » que nous faisons évoluer au fil des cycles. Nous avons le travail de gainage avec des notions de courbes spécifiques à la discipline. Ce travail est quotidien. Nous avons un travail que nous qualifions « d’alignement », un que nous qualifions de « placement » ainsi qu’une préparation aux exercices effectués bras tendus, bras fléchies, et une orientée sur les anneaux, les barres parallèles ou les différents agrès.

    Nous abordons également dans cette période le travail avec charges qui doit permettre de préparer et renforcer le système musculaire et ostéo-tendineux. Cette période de reprise doit permettre aux gymnastes de retrouver rapidement leurs repères et leurs sensations techniques. Nous accordons une place importante au travail de base technique lors de cette phase.

    La gymnastique est un sport complet qui demande outre des qualités fines de coordination, d’agilité, de repères dans l’espace, mais aussi et surtout des qualités de force, de vitesse et d’explosivité.

    Une fois le cycle de reprise effectué, nous passons ensuite au travail de la force max. Les anneaux étant l’agrès ou s’exprime le mieux la force dans notre discipline, en tout cas de manière visible, j’oriente mes cycles de force max dans le but d’obtenir un transfert sur cet agrès, sachant que si j’augmente mes indices de force, j’obtiendrai également un transfert de cette force sur les autres agrès car le travail spécifique est maintenu mais également il existe une transversalité entre les différents agrès. Il y a « heureusement » de nombreuses actions motrices communes (antépulsion, rétropulsion, abduction, adduction etc…).

    Je travaille la force max notamment grâce aux exercices de développé couché avec différentes méthodes tout au long de l’année. Le travail au niveau des épaules est orienté en fonction des angulations et des exercices que l’on retrouve sur l’agrès des anneaux.

    Les cycles comprennent également un travail de force max sur les jambes, suivi d’un cycle d’explosivité. Avec beaucoup d’exercices pliométriques.

    On essaye également de développer la PMA , avec du travail intermittent force ou intermittent pliométrique, une à deux fois par semaine en fonction des périodes dans lesquelles on se trouve.

    Toujours avec des exercices orientés vers la pratique du sol ou du saut de cheval.

    Suite au travail sur le développement de la force max, j’ essaie de faire suivre un cycle de travail multiforme, visant à assurer le transfert sur les agrès des qualités développées.

    Je viens d’exposer le cadre général de notre orientation de travail. On jongle, par la suite, avec les besoins spécifiques de chaque gymnaste et surtout avec les emplois du temps de chacun.

    Après ce travail effectué souvent en début de chaque période, je me contente de faire des rappels de force entre les différentes compétitions qui se succède pour atteindre et être au mieux pour l’objectif final.

    Comment gères-tu la préparation physique (coordination avec l’entraînement ) ?

    Les gymnastes s’entraînent entre 16 et 18h par semaine avec un seul entraînement par jour et des emplois du temps différents. Cela complique un peu l’organisation de la préparation physique et surtout la coordination avec l’entraînement. En fonction des cycles de préparation, l’accent est mis sur une qualité particulière à développer.

    Généralement, l’entraînement suit la structure suivante :

    • Echauffement – pp gainage – pp alignement – pp placement.
    • Travail technique aux agrès
    • Préparation physique avec charges ( cycle de force max – explosivité ) ou travail de PMA.

    Le travail physique de force avec charge, le travail de PMA ou le travail de puissance lactique se situe toujours en fin de séance d’entraînement. Cela permet de conserver une certaine fraîcheur pour le travail technique qui doit représenter le plus grand volume d’entraînement. On utilise le concept de préparation physique associée.

    Les orientations du travail physique se font toujours en concertation avec Thierry, l’entraîneur responsable du groupe des juniors séniors.

    En ce qui concerne les tests d’évaluation sur le terrain, je me sers essentiellement du Myotest, surtout pour la préparation des jambes. Pour les bras, c’est principalement l’évaluation de RM1 et de l’indice de force relative qui m’intéresse.

    Pour la partie PMA / VMA j’ essaie de faire un test navette 20 m ou au moins de connaître la FC max mais les raisons techniques ne me permettent pas toujours de le mettre en place.

    Mon meilleur test est celui de terrain, c’est à dire les tests spécifiques, à savoir la performance à réaliser. Si au terme d’ un cycle ou d’une période, le maintien des éléments de force aux anneaux ou la facilité d’enchaînement de certains exercices de force n’ont pas progressé, on rectifie le tir en modifiant le programme ou on reste patient (la progression est parfois longue et difficile).

    Pour le travail des jambes, c’est la même chose , les enchaînements au sol doivent être plus faciles au fil de l’avancement dans la saison. Les impulsions au saut de cheval doivent être plus explosives, rapides et avec plus d’amplitude.
    Ici c’est l’oeil de l’entraîneur expert qui offrira la meilleure évaluation des progrès réalisés.

    Souhaites-tu ajouter quelque chose à ton excellent exposé ?

    Oui, une réflexion sur la préparation physique en gymnastique, l’Interdisciplinarité.

    Le niveau mondial en gymnastique n’a cessé d’évoluer et de manière notable depuis les deux dernières olympiades. Quel que soit l’agrès, le niveau technique des gymnastes masculins a connu un telle progression qu’il est évident que la préparation physique joue un rôle plus que déterminant dans la pratique de la gymnastique de haut niveau. Je pense que des progrès restent encore à faire dans notre discipline, en matière de préparation physique. Je pense notamment au travail sur les jambes. Lorsque l’on voit des entraîneurs qui pensent développer la force max et proposent uniquement un travail en circuit training, je me dis qu’il y a encore du travail à faire.

    D’une manière générale, je pense que nous avons beaucoup à apprendre des autres disciplines.

    Observer la préparation des sportifs d’autres disciplines, discuter, aller à leur rencontre, ne peut qu’être bénéfique pour tous. Beaucoup de gens viennent nous voir, de divers horizons: arts martiaux, cascadeurs, danseurs ou autres sportifs pour découvrir la gymnastique, l’acrobatie et également le travail au poids du corps, car ils sont étonnés de ce que les gymnastes peuvent réaliser sur les agrès.

    Ils pensent que la gymnastique peut être complémentaire à leur discipline. Je pense que toutes les disciplines peuvent être complémentaires les unes des autres. Nous avons beaucoup à apprendre, nous gymnastes , de la préparation d’autres athlètes, toutes disciplines confondues.

    Sébastien Guizol, je te remercie d’avoir accepté ce portrait, et je te souhaite à toi ainsi qu’à tes athlètes les meilleurs résultats possibles. Bonne chance!

    Vous aimez? Partagez moi !

      A propos de Sébastien BÊME

      Préparateur physique depuis +20 ans. De formation Staps, diplômé BPJEPS AGFF, Certifié CrossFit Level 1, Gymnastics et Weightlifting. Formation CrossFit Judge et Scaling Auteur de nombreuses publications et propriétaire des sites internet www.gymsante.eu (et ses déclinaisons), www.fuck-genetics.fr et www.etre-conscient.com

      Comments are closed.

      Catégories Gymnastique

      Les séries

      • Aucune catégorie

      Déjà paru sur Gymnastique

      Livre – Entraînement Fonctionnel