La Filière Aérobie

Cet article est le numéro 6 sur 7 du dossier Adaptation énergétique à l'entraînement
Vous avez aimé, dites-le !

    La filière énergétique de la vie et de la durée

    aérobieAprès les efforts intenses, il nous reste les efforts de longues durées.  Lorsque l’on baisse fortement l’intensité, on pourra augmenter le temps de l’effort. Plus cette baisse sera importante, plus le temps d’effort sera long (jusqu’à des durées quasi illimitées pour les intensités les plus faible, et heureusement puisque nous devons respirer durant toute notre vie pour ne pas mourir).

    Ceci est possible grâce à l’oxygène (la respiration) qui sert de comburant au muscle pour fabriquer de l’énergie.

    Le fonctionnement de l’aérobie pour produire de l’énergie

    Il s’agit de la courbe verte du schéma 1. Comme les 2 autres filières, elle débute dès le démarrage de l’exercice, mais comme le montre le schéma 2, à un niveau initial équivalent à environ 10% de son rendement (O2 de réserve sur le schéma).

    La gestion de la filière

    Il s’agit de la filière énergétique de la vie et non de la réaction de survie. À cet effet, Lavoie puis Koslowski ont montré que la gestion de son fonctionnement se faisait au niveau cérébral et non uniquement sur des concentrations intramusculaire, hépatique ou plasmatique.

    Ainsi, la glycémie cérébrale permettra une réponse du cerveau (démontré par Koslowski grâce aux Résonnances Magnétiques Nucléaires) et non majoritairement la glycémie sanguine comme supposé jusque là. Lavoie nous montre, sans l’expliquer, que la réponse cérébrale passera à la fois par voie nerveuse et par voie métabolique (concentration des substrats circulants) pour provoquer la glycogénolyse qui sera ensuite modulée (ou non) plus localement.

    La filière Aérobie possède deux phénomènes distincts et complémentaires : la production d’énergie dans le muscle grâce aux mitochondries et la production de la matière première nécessaire à cette production locale.

    Au niveau musculaire

    La production d’énergie au sein du muscle

    La production d’ATP de manière oxydative au sein du muscle se fait à l’intérieur des mitochondries.

    Les mitochondries sont de petites usines où l’on produit de l’énergie et qui permettent aux différents résultats des filières AA et AL de prendre une forme soit utilisable, soit expulsable de la cellule. Ces mécanismes nécessitent de l’oxygène et de l’énergie pour fonctionner. La matière première étant soit le glucose soit un des éléments issus des autres filières énergétiques (pyruvate, lactate, etc.). Ces mitochondries sont présentes dans toutes les cellules musculaires, mais en plus grand nombre et en plus grande taille dans les fibres dites lentes (oxydatives). Tout l’intérêt de l’entraînement endurant est de développer le nombre, la taille et le rendement (vitesse de fonctionnement) de ces usines.

    Vidéo issue de la chaine youtube biologyR120.

    L’impact de l’intensité

    Le travail en endurance n’est pas la seule solution pour développer ces mitochondries : seul le travail à des intensités très élevées permettent de faire fonctionner les fibres les plus fortes. Ce travail permet donc également de développer les mitochondries de ces fibres.

    Néanmoins, pour les fibres habituellement utilisées, il semble que ce soit la durée de l’effort (ou les différentes combinaisons effort/récupération) qui permettent d’optimiser leurs adaptations.

    Le fonctionnement oxydatif (donc au sein des mitochondries) se fait selon un cycle précis (cycle de Krebs ou cycle des acides tricarboxyliques) qui donne schématiquement :

    Pyruvate+O2+ADP→ATP+CO2

    La récupération

    Logiquement, cette filière ne nécessite pas de récupération durant les entraînements. Néanmoins, travaillant souvent aux limites des différentes filières, des récupérations en adéquations avec les filières énergétiques AL et AA seront nécessaires lorsque l’on travaille à la limite de celles-ci. Ces délais de récupération seront faibles, puisque l’usage des réserves des filières AL et AA sera incomplet.


    Cet article fait partie du recueil 2011-2012


    L’énergie
    Déplétion et réplétion énergétique
    Filière anaérobie alactique
    Anaérobie Lactique
    Réplétion du glucose


    Vous avez aimé, dites-le !

      A propos de Sébastien BÊME

      Préparateur physique depuis +20 ans. De formation Staps, diplômé BPJEPS AGFF, Certifié CrossFit Level 1, Gymnastics et Weightlifting. Formation CrossFit Judge et Scaling Auteur de nombreuses publications et propriétaire des sites internet www.gymsante.eu (et ses déclinaisons), www.fuck-genetics.fr et www.etre-conscient.com

      Comments are closed.

      Categories de la section

      Deja paru sur Gymsante

      Livre – Entraînement Fonctionnel