Etude: Les quadriceps moins importants qu’on ne le pense

Vous aimez? Partagez moi !

    quadriceps en course à piedLorsque l’on parle avec des athlètes faisant de la course à pied (demi-fond et fond), ils nous parlent souvent de PPG pour renforcer les quadriceps.

    Il s’agit d’une erreur fondamentale dans la stratégie de préparation physique et plus généralement dans l’économie de course (et donc la performance).

    Depuis longtemps certains entraîneurs (et préparateurs physique dont Gymsanté fait partie) disent que les quadriceps sont très loin dans la hiérarchie d’importance de renforcement musculaire pour les coureurs à pied.

    Les quadriceps interviennent à faible vitesse (en-dessous de 60-70%) pour la raison suivante : moins on cours vite, plus le centre de gravité rebondit (monte et descendant), créant un besoin d’amortissement qui est tenu par ce muscle extenseur du genou. C’est l’une des raisons pour lesquelles dire que l’on assoit sa performance sur le foncier, les longues sorties lentes est une erreur importante (la technique de course n’est plus la même).

    L’étude de Byars et Coll. (An evaluation of the relationships between core stability,core strength, and running economy in trained runners, mars 2011, Journal of Strength and Conditioning Research, vol 5, Supp 1) nous le démontre clairement.

    En effet, d’après cette étude, un renforcement des muscles extenseurs du genou offre une amélioration (modérée) de l’économie de course à une vitesse avoisinnant les 60% de la vVO2max.

    Par contre, pour une vitesse dépassant le seuil ventilatoire, c’est la mobilité de la hanche qui est le facteur principal (facteur fort) dans l’économie de course.

    Pour être plus précis, plus la vitesse chute, plus la mobilité de la hanche est en relation avec la force des quadriceps (qui devront réduire la déformation du genou au moment de l’impact, donc plus on monte le genou en avant, plus il y aura de force à appliquer pour résister à cette déformation.

    A l’inverse, l’étude montre que plus la vitesse de course augmente, moins l’augmentation de l’amplitude de la hanche impacte la force appliquée par les quadriceps.

    Si l’on observe de l’autre côté de la lorgnette, on voit que si on réduit l’amplitude de la hanche, plus la vitesse est importante, plus la force au niveau du genou devra être haute : le quadriceps devra compenser la baisse de force produite par les muscles de la hanche pour maintenir la vitesse. Cela réduit l’économie de course.

    En conclusion, plus vous courez lentement (aux environs de 60% de votre VO2max +-10%), moins vous devez solliciter les muscles de la hanches (fessiers) pour réduire l’utilisation des quadriceps (pour améliorer l’économie de course). Plus vous augmentez votre vitesse, plus vous devez augmenter la mobilité de la hanche pour réduire l’utilisation des quadriceps (pour améliorer l’économie de course).

    Ainsi, l’économie de course est directement corrélée avec l’implication des quadriceps. Ils devront être suffisament forts et endurants pour en pas être un maillon faible, mais ils ne sont pas la clé de l’économie de course et donc de la performance : c’est le rôle des muscles travaillant à la mobilité de la hanche, à son extension (fessiers, ischios-jambiers) et à son gainage pour réduire les pertes énergétiques (sangle abdominale complète, carrés des lombes…).

    Vous aimez? Partagez moi !

      A propos de Sébastien BÊME

      Préparateur physique depuis +20 ans. De formation Staps, diplômé BPJEPS AGFF, Certifié CrossFit Level 1, Gymnastics et Weightlifting. Formation CrossFit Judge et Scaling Auteur de nombreuses publications et propriétaire des sites internet www.gymsante.eu (et ses déclinaisons), www.fuck-genetics.fr et www.etre-conscient.com

      Comments are closed.

      Catégories Athlétisme

      Déjà paru sur Athlétisme

      Livre – Entraînement Fonctionnel